Extraits d'Articles de Science & Avenir sur les "Collectionneurs".

Tout se collectionne, des oeuvres d'art aux bouteilles. Mais que peut bien signifier une collection d'objets fabriqués en série, à l'identique? Les collectionneurs de cartes téléphoniques ne détiennent pas des objets uniques: celles-ci sont tirées à des milliers d'exemplaires. Pourtant, leur quête est bien celle d'une totalité où les raretés prennent leur signification au milieu des éditions courantes. On veut tout, le commun et le singulier. Le commun pour faire valoir le singulier. Ainsi Sir Thomas Phillipps, dont la collection de livres n'a pu être épuisée en soixante ventes chez Sotheby's, voulait acquérir un exemplaire de tous les livres du monde. Le rêve des collectionnomanes n'est qu'une quête vouée à l'échec mais qui trouve dans son inachèvement sa justification.
D'ailleurs une collection finie est une collection morte dont le propriétaire se débarrasse pour en commencer une autre. Le désir de tout avoir, propre à notre vie moderne, nivelle les rapports aux choses. Tout s'équivaut, les choses importantes et les petites. Comme l'explique Ch. G. dans La Totalité: "C'est le sentiment très fort de n'avoir plus de maîtrise sur les choses qui peut à la fois s'exprimer et se compenser par le désir d'accumulation. ...Puisqu'il n'est pas possible de tout avoir reste le plus court chemin de la synecdoque qui, par l'extraordinaire de l'ellipse quelle représente, nous offre le monde dans une coquille de noix".
L'accumulation d'objets hétéroclites peut aussi être vue comme une manière de rejeter la société de consommation. Les amasseurs compulsifs luttent inconsciemment contre l'idée qui veut qu'une fois utilisé, passé de mode, un objet soit jeté. La rétention est anormale dans une société où les objets ne sont pas conçus pour être gardés et les relations à ces objets doivent rester indifférentes. La maison de certains ressemble d'ailleurs à la boutique bien achalandée d'un chiffonnier : "Ca peut toujours servir."


On peut décrire deux types de comportement de collection: d'un côté l'activité d'appropriation et de l'autre la rétention d'un ensemble d'objets choisis entre autres pour leur qualité, leur beauté, leur rareté ou leur caractère historique, et le plus souvent détournés de leur fonction première.
La collection a des caractéristiques bien particulières: les éléments qui la composent appartiennent tous à une même classe plus ou moins large, mais chaque objet ou exemplaire reste différent de l'autre. A part, la pièce unique, emblème de la collection. D'autres objets sont des doubles et servent à l'échange. Mais la collection ne se construit pas seulement dans la série (forcément inachevée pour qu'elle ne s'arrête pas), elle se conçoit aussi par l'inclusion d'éléments choisis et élevés au rang d'objets de collection pour faire partie d'un ensemble dont le collectionneur est le chef d'orchestre. On peut considérer que ce dernier est motivé par le désir de possession, par l'émulation, par la tendance au classement et par le besoin d'activité désintéressée. Collectionner n'est pas en soi la manifestation d'un trouble psychique. En effet, il ne faut pas confondre les activités de collection socialement approuvées avec les formes pathologiques de cette activité, qui regroupent deux types de comportement. Dans la première catégorie, l'activité du collectionneur représente une déviance des conduites socialement approuvée; c'est la collectionnomanie, dans laquelle l'appropriation s'accompagne de conduites anormales, dont les plus spectaculaires sont le crime ou le vol. Le bibliophile anglais Sir Thomas Phillipps, qui a consacré sa vie à l'acquisition d'un exemplaire de tous les livres publiés dans le monde entier, a préféré voir sa femme mourir plutôt que de payer les soins nécessités par sa maladie avec l'argent destiné à sa collection. L'aspect passionnel qui entoure souvent ces conduites peut ainsi compliquer l'adaptation sociale de l'individu. Le second cas est celui du collectionnisme: ce n'est pas ici la façon de s'approprier l'objet qui a un caractère pathologique comme chez le collectionnomane, c'est la relation aux objets de la collection. Ce n'est pas leur qualité qui est privilégiée, mais leur quantité. Il n'y a ni exemplaire, ni pièce unique, ni série, ni échange, mais amoncellement hétéroclite et pêle-mêle de divers objets manifestement sans valeur (journaux, morceaux de bois, barres de fer, aliments, clous rouillés ... ). Tel est le cas de Gérard, un patient de 50 ans dont le jardin est rempli de boites, de sacs, de détritus, de chaises cassées et de vieux morceaux de bois. Des portes et des morceaux de lits usagés encombrent son balcon. Les pièces de la maison sont occupées par des piles de vieux journaux, des parapluies et de vieux postes de radio. Gérard vit au milieu de cet entassement, dort dans ses vêtements et se lave rarement. Il nie l'amplitude du problème mais reconnaît ne pas pouvoir arrêter son amassement de lui-même Finalement, devant la pression des pouvoirs publiques et les plaintes des voisins concernant les odeurs et la présence de rats, Gérard a admis que s'il se faisait expulser de son logement, cela pourrait l'aider à stopper sa conduite. "Si je vivais dans une seule pièce, je pourrais recommencer et vivre normalement " se dit-il...
Dans ce type de comportement collectionniste, on distingue l'amassement pathologique à caractère compulsif, souvent classé comme une forme particulière du trouble obsessionnel-compulsif (TOC) car il correspond à des rituels interminables d'amassage ou à une incapacité à jeter des objets usagés. Certaines études concluent que près de 20 % des personnes atteintes de TOC seraient également des amasseurs pathologiques. L'histoire clinique des amasseurs compulsifs est souvent la même : elle débute aux alentours de la vingtaine, parfois dans l'enfance ou à l'adolescence. Les patients commencent progressivement à amasser des objets, le plus souvent usés: cartons, boites de conserve vides, journaux, matelas usagés, morceaux de fer sans valeur, etc. Cette collecte d'objets les plus divers s'effectue le plus souvent dans les décharges publiques, les poubelles ou dans la rue. Les malades rationalisent leur conduite en arguant de l'utilité potentielle "Ca peut toujours servir" ou de l'éventuelle valeur marchande de leurs trouvailles. Ils passent le plus clair de leurs journées à amasser, au détriment de leur vie familiale ou professionnelle. Rien n'est jeté. Et Même si les objets sont dans un premier temps classés, cette organisation disparaît rapidement devant la masse croissante des objets accumulés. Il est frappant de constater l'importance que peut prendre cet amassement dans l'espace de vie: ces patients ont souvent du mal à circuler dans leur maison du fait de l'encombrement des lieux. Bien souvent, ce sont les proches et la famille qui alertent le médecin et incitent le patient à consulter. Parfois, il s'agit aussi de pressions du voisinage. Dans une optique comportementaliste, on peut expliquer ces pratiques par la nécessité de neutraliser un sentiment de malaise, d'empêcher un événement ou une situation redoutés (apaiser l'obsession de perdre quelque chose par exemple). Les sujets admettent volontiers le caractère saugrenu et excessif de leur comportement; ils s'épuisent à lutter contre, en particulier au début des troubles, mais sans succès. Mais même s'ils reconnaissent l'absurdité de leurs conduites, ces patients considèrent souvent que l'acquisition d'un espace plus grand suffirait à résoudre leur problème. Aucun n'envisage le traitement médical des compulsions. La compulsion d'amassement se trouve souvent associée, dans le TOC, à d'autres rituels (comme, par exemple, le lavage des mains) ou à des vérifications en rapport avec des pensées obsédantes de nature variée. L'amassement pathologique se retrouve dans d'autres pathologies, comme les stéréotypies, des conduites répétitives observées chez des schizophrènes chroniques, ou dans certaines démences, ainsi que chez des patients ayant subi une lésion cérébrale, en particulier dans le lobe frontal ou dans la région sous-corticale. Enfin, signalons une forme particulière associée à des troubles du comportement social, connue sous le nom de syndrome de Diogène, et caractérisée par une clochardisation.
De nombreuses études, spécialement dans la littérature anglo-saxonne, lui ont été consacrées. Ces sujets âgés présentent un défaut d'hygiène corporelle et environnementale, et une détérioration du niveau économique associée à une personnalité marquée par une tendance à la suspicion et à l'introversion. L'étiologie de ce syndrome, qui peut également survenir entre 30 et 40 ans, relève soit d'un trouble sévère de la personnalité soit d'un processus émanant d'un dysfonctionnement du lobe frontal.
L'activité de collection, quand elle devient pathologique, doit être considérée comme un symptôme. Son caractère volontiers transnosographique allant de la névrose (TOC) à la psychose (schizophrénie), en passant par les démences et des aspects purement organiques (lésions cérébrales), permet d'en faire le prototype parfait d'une conception de la maladie mentale faisant la part belle aux hypothèses multifactorielles à la fois psychologiques, environnementales, génétiques et neurobiologiques

POUR EN SAVOIR PLUS:
Le Collectionneur: anatomie d'une passion, de Werner Muenstenberger, Payot, l996.
Le Collectionnisme, de Pierre Pichot, Psynergie, l993.
Contribution à l'étude des collectionneurs et du collectionnisme, d'Olivier Saladini, thèse de médecine, Nancy, l997.
Aspects du collectionnisme, numéros spécial de la revue "Neuro-Psy".

 

Pierre a 7 ans. Il fréquente depuis plusieurs mois un hôpital de jour pour enfants où il est pris en charge pour un retard scolaire et des troubles du comportement accompagnés de violentes crises de colère. Il se révèle vif et observateur. Mais un comportement particulier attire l'attention : en cours de promenades en dehors de l'hôpital, Pierre ramasse de petits morceaux de bois et les fourre dans ses poches.
Quand on lui en parle, il répond qu'll ramasse depuis très longtemps des feuilles, des cailloux, et qu'il les ramène chez lui avant de les entasser sous son lit ou dans des sacs qui encombrent sa chambre.
Interrogé sur les raisons de cette conduite, Pierre répond par un dessin représentant une bulle où il s'enferme avec une feuille en invitant l'adulte à le rejoindre. Cet amassement déplaît à sa mère, qui jette systématiquement les sacs entassés par son fils, ce qui déclenche chez lui de violentes colères.
Pour Pierre, ces objets font partie de lui-même : Il les expose ou les montre, mais personne n'a le droit de les toucher. Pendant les périodes difficiles, il collectionne encore plus frénétiquement, ramassant tout ce qu'il trouve sur le chemin.
Tous ces objets, même des feuilles pourtant identiques, ont une signification pour lui. L'intérêt des pierres réside dans la possibilité!té de les assembler, celui des feuilles dans la réalisation de collages : "Ce sont des morceaux de moi que je recolle".

Le collectionnisme est un symptôme présent dans plusieurs pathologies. Le DSMV et la CIMOne le considèrent pas comme entité nosographique. Il correspond à la rétention d'objets divers souvent identiques consistant à l'extrême des amoncellements de détritus. Si l'amassement compulsif est souvent qualifié de collectionnisme, il renvoie aussi au TOC et à la personnalité obsessionnelle. Cette dernière concerne un mode de perfectionnisme et de rigidité affectivoidéiques avec souci d'ordre et de symétrie, avarice, préoccupation pour les détails et les règles. Ce collectionnisme ne s'associerait au TOC que dans l0 à 50 % des cas.
Cette distorsion entre les deux notions est expliquée par le fait que la personnalité obsessionnelle correspond à un aspect "égosyntonique" (le sujet est fier de sa conduite) par opposition au TOC, où l'aspect égodystonique est au premier plan (le patient souffre de sa maladie).
On peut ainsi distinguer le collectionneur obsessionnel de l'amasseur compulsif. Ce dernier accumule passivement n'importe quoi en rationalisant sa conduite. Il n'en va pas de même chez le collectionneur qui accumule de façon active des objets auxquels il est souvent attaché de manière symbolique. Il en tire un certain plaisir et ne peut résister qu'en raison des conséquences négatives de sa conduite (financières, socioprofessionnelles, etc.).
Malgré tout, il est évident que tous les collectionneurs ne sont pas des obsessionnels et que cette différenciation reste schématique.
La collectionnomanie se définirait au contraire du collectionnisme comme une passion répondant à un besoin tyrannique de constituer un ensemble d'objets sélectionnés selon les critères de la collection socialement approuvée et conduisant parfois à des actes criminels. Alors que la collection représente souvent une sublimation, la collectionnomanie représenterait une déviance de la conduite du collectionneur qui tend vers la forme pathologique par glissement passionnel; cette hypothèse ouvre le champ à une vaste étude "psychopathologique" de la passion.

Quelle est la fonction de cette collection chez Pierre ? Il s'agit vraisemblablement pour lui de lutter contre une angoisse majeure et déstructurante et de se protéger du monde environnant comme le petit enfant qui, au moment de s'endormir, construit un véritable fortin avec ses peluches favorites pour se protéger. L'objet, d'une manière générale, joue un rôle primordial à chaque période du développement de l'enfant: il permet en effet le passage de l'état de dépendance à sa mère à un processus d'individuation de la personnalité. C'est le rôle du "doudou", ce petit souvenir de la maman qui accompagne l'enfant partout.
Le goût pour les collections appartient assurément an domaine de l'enfance. Tous les enfants ou presque collectionnent des timbres, des petites voitures, des poupées ou des pièces de monnaie. C'est généralement à partir de 2 ans que l'enfant se met à collectionner. Il apprend ensuite l'échange, puis le classement du fruit de ses acquisitions.
La collection assure ainsi plusieurs fonctions: socialisation, structuration de la personnalité, individuation et maîtrise d'un monde environnant que l'enfant commence à appréhender. Il s'identifie à l'objet qu'il possède, qui lui sert à la fois de bouc émissaire et de protecteur.
Ce rapport à l'objet permet aussi la transposition de toutes les situations de conflit. L'activité de collection a fasciné les auteurs à travers les siècles depuis le collecteur d'impôts romain Verres qui préféra mourir plutôt que d'abandonner les œuvres d'art qu'il s'était appropriées en Sicile, jusqu'au Cousin Pons de Balzac, en passant par les Caractères de La Bruyère et son étude sociale " De la mode".
De nos jours, l'ampleur du phénomène n'échappe à personne: les foires, les brocantes et les salles des ventes attirent toujours un monde fou. Cette activité trouve également un corollaire dans le règne animal: à côté de la fourmi, qui amasse et thésaurise de la nourriture dans un but utilitaire, d'autres animaux récupèrent des objets sans aucun but.
C'est le cas notamment des vischachas, des rongeurs sud-américains qui accumulent dans leurs terriers des objets aussi insolites que des montres, des pipes, des couteaux et des armes à feu.

 

 

 

 

 

Taken From 3rd Sibling Enterprises Picture Sleeve Collecting Site

Collecting Picture Sleeves

To the collector it may not be strange, but try explaining to your boss that you collect 40-year-old paper wrappers for teenybopper records. Even though the typical response is a raised eyebrow with a blank stare, picture sleeve collecting is rapidly growing into one of record collecting's hottest specialties. A few years ago, most sleeves could be purchased for a couple of dollars almost as an after thought. Today, the same sleeves demand big bucks everywhere records are sold.

     "Picture sleeve" typically refers to any paper or plastic cover that is specifically related to a 7" 45 RPM single record. The term also is applied to certain 7" single 78 RPM record covers. Picture sleeve is actually a misnomer in that many sleeves don't have pictures. Photo sleeves, art sleeves, text sleeves, movie sleeves and half sleeves are often lumped together under the "picture sleeve" general heading.

     I have spent over 20 years building my sleeve collection. I have more than 9,000 sleeves and a database with over 17,000 entries. Specifically, I collect and document US-issued sleeves. I don't collect extended plays, although a few slip into my collection. I don't collect foreign sleeves either. I know there are hundreds of beautiful sleeves that were issued outside of the US. I just can't collect everything.


Why Collect Sleeves?
Picture sleeves are a natural extension of record collecting. They add a visual dimension to the sound and music of the 45-RPM record. The era of the 45 was the same era that brought us television, teen magazines, cable, video games and MTV. For the first time in history, a significant amount of advertising money was being spent to attract the teenage dollar. Picture sleeves were part of that advertising revolution.

     When compared with their vinyl counterparts, picture sleeves are limited in issue, more perishable and, often times, in greater demand. There is little accurate and reliable documentation available for the picture sleeve collector. Guides on the topic are limited in scope and, in some cases, inaccurate. A collector has to learn to watch the market as it changes so rapidly. I recently watched an Eddie Cochran sleeve at auction get no bids at $500 while 4 months later, it sold for over $1300.

     Why collect picture sleeves? Because they are so cool.


Care & Protection
Following are some simple rules for preserving your picture sleeves:

Never store the record in the picture sleeve - The thickness of the record raises the center of the sleeve increasing the chance of damage through rubbing ("wear ring"). The sharp edges of 45s can rip tears in the sleeve's sides. Put the record in a generic sleeve and store it separate from the picture sleeve.

Store your collection in plastic - Plastic, poly and mylar protective sleeves are available from a number of sources to help preserve your collection. While they come in a number of styles and sizes, I prefer a 6 mil, open-end (no flap) sleeve that measures 7½" x 7½". This protective sleeve is large enough to accommodate any picture sleeve size variation and thick enough to avoid accidental wrinkles in your collection.

Back your sleeves with thin cardboard - I apologize for not knowing the exact name of the material. We called it "shirtboard" when I was a kid. It is the non-corrugated cardboard that was used to package shirts. You could use a heavy poster board as well. Whichever you use, make sure it is acid-free. I suggest that you cut some squares to the size of your protective sleeves and slide them behind the picture sleeve. This keeps the sleeve flat and helps to avoid accidental damage.

No direct sunlight - While picture sleeves make very nice wall decorations, sunlight will fade the ink on the sleeve. Don't leave your sleeves where they are exposed to direct sunlight.

Use common sense - I've heard all kinds of ideas for fixing and cleaning picture sleeves. Whatever you do be very careful. You are dealing with a thin piece of paper that, once damaged, can't be repaired and, often times, can't be replaced. I may remove a sticker but I personally avoid trying to erase, scrape or soak off most of what I find on a sleeve. Many of the same methods used to repair album covers can be applied to picture sleeves. I try to straighten bent corners and jagged edges before I store the sleeve. I have even CAREFULLY ironed sleeves between two pieces of porous paper (no starch!) to flatten them.


Terminology...

Picture Sleeves are sleeves which feature a photograph.





Art Sleeves feature drawings or artwork.





Text Sleeves are sometimes called a "title" sleeves. A text sleeve or title sleeve features text only, no photos or artwork.



A note to the analytic crowd - These categories aren't perfect. There are many sleeves that combine the above like title sleeves with artwork; art sleeves with a small photo. I try to categorize the sleeves by their predominant feature.



Inserts Inserts are informational items that are included with a record, sometimes in addition to a sleeve. There are many promotional inserts that were intended for DJs that included biographical information and often a photograph.





Movie Sleeves are a special category of sleeves that feature artwork or photographs from a movie, but not necessarily of the artist or artists on the record.





Company Sleeves are generic sleeves printed for a specific company. There may be a link to the company's records for a certain period, but no specific link to any one record.





Half Sleeves, sometimes referred to as "big-hole" sleeves, are any sleeve where the center of the sleeve has been cut away (die cut) to expose the record label. Most company sleeves are half sleeves.





Phantom Picture Sleeves
Phantom picture sleeves are sleeves that are believed to exist, though no one has been able to produce a copy. I have heard incredible stories of what these sleeves look like. In most cases their existence is nothing more than wishful thinking. Sometimes foreign sleeves have been mistaken for US issued ones. Othertimes, authors have filled in gaps in a list. Such is the case with Ricky Nelson's "Poor Little Fool." Although it appears on many want lists, no sleeve exists for this #1 Billboard hit.

I have been building a list of phantom sleeves for many years. The list includes the following:

Paul Anka - Just Young
Big Brother & Holding Co. - Piece of My Heart
Fats Domino - I Want To Walk You Home
Bent Fabric - Alley Cat
Four Seasons - Candy Girl
Crystal Gayle - Don't It Make My Brown Eyes Blue
Lesley Gore - California Nights
Tab Hunter - Jealous Heart
Jack Jones - A Day In the Life of a Fool
Bert Kaempfert - Bye Bye Blues
Kingston Trio - El Matador
Brenda Lee - Dum Dum
Sal Mineo - Little Pigeon
Cliff Richard - Its All In the Game
Dodie Stevens - Pink Shoe Laces
Ritchie Valens - That's My Little Suzie
Mary Wells - Bye Bye Baby
Kathy Young - A Thousand Stars

     Most of these have appeared repeatedly in references and price guides as if they exist. In many cases, I believe that the authors of these books have been perpetuating each other's errors by copying each other's lists. I have looked for 20 years and not seen any of the above-listed sleeves. They are all on my want list though, just in case.

     If you have proof of the existence of any of these US-issued 7" 45 RPM single picture sleeves, I will personally acknowledge you in the Picture Sleeve Collectors Reference Guide when it is published. If we find all of these, I have another dozen or so to look for next.